Vous êtes ici : Accueil » Interventions des élu-e-s » Conseil municipal » Mission locale de Lyon
 
Mission locale de Lyon PDF Imprimer Envoyer
Intervention(s) de Nicole GAY   
Lundi 11 mars 2013

nicole_gay_200Monsieur Le Maire, Chers Collègues,

Près de 3,2 millions de chômeurs en France, un chiffre accablant et inacceptable !
L’augmentation du chômage, la dégradation de la situation sociale des familles nécessitent une attention plus forte de nos collectivités envers ses habitants, et le renforcement de notre soutien par des services répondant aux besoins et aux capacités financières de ces habitants.
Pour ce qui concerne les moins de 25 ans, sur le Grand Lyon, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 13% en 2012 (contre 2% en 2011) : ils représentent désormais 15% des demandeurs d’emploi. Sans compter les 2 500 jeunes travailleurs pauvres, qui vivent aussi dans la précarité la plus grande…
Et pourtant, depuis trente ans, la Mission locale de Lyon, une des plus importantes au niveau national,  accompagne les jeunes de 16 à 26 ans, en majorité́ peu qualifiés, un flot croissant de jeunes qui se retrouvent sans perspectives face à une complexité de structures. Et pour Lyon, c’est un engagement constant pour l’emploi des jeunes.
Leur accompagnement et leur l’insertion sociale nécessitent un travail partenarial de longue haleine, l’implication de l’ensemble des décideurs et des acteurs du territoire, et non la mise en concurrence des opérateurs privés dont le seul objectif est la recherche du profit… et là, je ne citerai que le démantèlement organisé de l’AFPA et du GRETA, suite à l’ouverture à la concurrence du marché de la formation, en 2009.

Pour cela, la Mission Locale doit conserver son rôle central d’accompagnement, tout en développant son travail en réseau avec tous les acteurs économiques et sociaux.

En cela, le travail réalisé par les salariés de la Mission locale est remarquable, même si leurs conditions de travail sont de plus en plus difficiles : conscients de leur mission de service public, ils souffrent, essentiellement par manque de moyens humains, de ne pouvoir assurer correctement tous les accompagnements nécessaires. Et pourtant ils ne perdent pas de vue l’objectif de réduction des inégalités entre les territoires et de prévention de toute forme de discrimination (ils sont signataires de la Charte Egalycité de la ville).

Et notre volonté politique de recourir à la mise en œuvre de la clause d’insertion dans les marchés publics a permis, en partenariat avec la MDEF et la Direction de la Construction et de la Gestion technique des bâtiments, de faire bénéficier de contrats de travail à 128 personnes en 2012, (en grande majorité des jeunes de moins de 26 ans des quartiers de Mermoz et de la Duchère) contre 51 en 2008.
 
Mais pour qu’un inversement de tendance soit possible, il faudrait des options autres que l’austérité sociale….

La politique de l’emploi et ses résultats ne peuvent incomber de la seule responsabilité des collectivités :
Si nous pouvons nous féliciter que la subvention que nous votons aujourd’hui, dans le cadre de la convention cadre, soit maintenue au niveau de l’année précédente, il n’en est pas de même pour l’état qui lui s’est souvent désengagé par le passé et notamment par la suppression de la subvention pour le  programme « Allez vers ».
 L’impact de décisions gouvernementales anciennes ont toujours été à terme la disparition d’actions particulièrement utiles à ceux qui en ont le plus besoin.

Et dans le même temps le gouvernement actuel accorde au patronat sans contreparties 20 milliards d'euros de crédits d'impôt pour aider les entreprises françaises à redresser leur compétitivité, financée par une baisse des dépenses publiques et une hausse de la TVA ; mesure qui ne peut conduire qu’aux mêmes effets négatifs que nous connaissons depuis 20 ans.

Pourrons-nous longtemps maintenir ce taux de subventionnement pour la Mission Locale si le gouvernement retire 4 ,5 milliards d’euros des caisses des collectivités pour 2013, 2014 et 2015 ?

Au bout du compte, ce serait la jeunesse, notamment celle qui rencontre les plus graves difficultés et qui est la plus éloignée de l’emploi, qui ferait les frais de cette politique.

Ou devrons nous diminuer certains de nos investissements alors que les collectivités territoriales représentent 71% de l’investissement public ?

Si le gouvernement fait de la jeunesse un « chantier prioritaire », et propose un certain nombre de mesures, il continue de marteler que cela se fera à budget constant : qui devra-t-on alors déshabiller ? Dans tous les cas, pas ceux qui souffrent de la pauvreté, de la précarité dans leur vie.

Les parlementaires de gauche ici présents devraient intervenir auprès du gouvernement pour que les dotations aux collectivités soient maintenues.

Nous voterons favorablement cette délibération.


 

Lettre d'information

» Consultez nos dernières lettres d'informations


Abonnez vous à notre lettre d'information :

» Archives

Agenda


Toutes les dates des conseils municipaux et d'arrondissements du 2ème semestre 2013

Consultez tous nos calendriers :
» Agenda

Lyon, c'est vous

Groupe des élus Communistes, Républicains & Intervention Citoyenne

Groupe des Elus Communistes, Républicains & Intervention Citoyenne © 2011 | Réalisation : Comesens